Attachement traumatique

Une relation abusive crée parfois un attachement traumatique qui lie la victime avec quelqu’un de très problématique.
Un divorce à couteaux tirés, un rapport professionnel tendu, un litige très polarisé, une situation de maltraitance enfantine, l’emprise d’une secte religieuse, le rapport avec un escroc. Toutes ces relations ont un point commun: une interaction basée sur une violence psychologique, et parfois physique, qui rend impossible l’adoption d’un comportement normal de la part de la victime.

La victime ressent que la clé du problème ne dépend plus d’elle-même, mais de la personne qui abuse d’elle. C’est parce que la victime n’a plus droit à la parole, comme dans le cas d’un enfant maltraité, ou que son avis importe guère, comme dans celui d’un employé stigmatisé mis sur une voie de garage, que paradoxalement le lien se renforce avec l’abuseur.

„ Il n’est point dessein de bourreau qui ne lui soit suggéré par le regard de la victime.“

- Pier Paolo Pasolini -

Bien que la confiance ait été brisée unilatéralement, la victime nourrit encore l’espoir d’une résolution avec celui qui l’a trahie.Ce raisonnement n’est pas entièrement faux, puisqu’il suffit parfois que le responsable de l’abus reconnaisse ses actes, pour que la victime puisse trouver une issue à son tourment. Cependant, la plupart du temps l’abuseur est dans le déni et l’auto justification.

Peut-être souffre-t-il lui-même, car ce genre d’individu n’en est généralement pas à son coup d’essai, et les casseroles qu’il traîne sont probablement nombreuses. Dans ce cas, il s’apitoie volontiers sur son sort et la victime sera tentée de le plaindre.

Peut-être que l’abuseur est toujours dans une logique de vengeance, auquel cas il poursuit son travail de sape. En continuant, en dépit du bon sens, d’accorder sa confiance en quelqu’un qui ne le mérite plus, la victime s’illusionne. Elle croit au changement et à la rédemption, alors que l’abuseur est à mille lieues de suivre cette voie. Le temps qui passe entretient cet espoir, car l’idée de jours meilleurs reste un objectif souhaitable et envisageable.

Ainsi l’otage qui croit toujours à sa libération, au même titre que sa famille, sont profondément dépendants du kidnappeur. Même après sa délivrance, si elle intervient, l’ex-otage continue d’entretenir un rapport psychologique avec son geôlier. Dans de nombreux cas, la patience des victimes abusées est admirable.

Livre

Ceci est un extrait du livre : "Aliénation Parentale, maltraitance au quotidien". A paraître en version digitale dans le courant de 2020.

Inspiration ...

  • Press 1
    „Le mensonge est souvent plus plausible, plus tentant pour la raison que la réalité, car le menteur possède le grand avantage de savoir à l'avance ce que le public souhaite entendre ou s'attend à entendre.“
  • Press 2
    „Il y avait la vérité, il y avait le mensonge, et si l'on s'accrochait à la vérité, même contre le monde entier, on n'était pas fou.“
  • Press 3
    „Le domaine de ce qui est éternel, universel, inconditionné, est autre que celui des conditions de fait, et il y habite des notions différentes qui sont liées à la partie la plus secrète de l'âme humaine. “
  • Press 4
    „Nos plus grandes façades le sont pour cacher, non pas notre méchanceté ou notre laideur, mais bien notre vide.“
  • Press 5
    „L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.“
  • Press 6
    „On dit que le bonheur nous fuit toujours. Cela est vrai du bonheur reçu, parce qu'il n'y a point de bonheur reçu. Mais le bonheur que l'on se fait ne trompe point.“